Un jour, j’ai eu envie de raconter une histoire, certes, mélancolique, mais dans le fond, si réelle… C’était en automne 2015 !

Mon bâton de pélerin.

Auteur : Jipione

  Il était une fois un bâton.

Ses origines remontent il y a plus de 25 ans alors que je connaissais Béné il y a peu…

Il provient d’un noisetier blotti au milieu du bois du Prince situé entre Sambre-et-Meuse.

Sa taille est idéale pour s’en servir comme compagnon de promenade.

D’abord utile pour la chasse aux chevreuils, il prendra vite la route en direction du Valais.

 Les sols herbeux et couverts de feuilles de la forêt belge seront remplacés par la caillasse de haute altitude.

Depuis, chaque été, il m’accompagne au fil des sentiers tortueux au milieu des alpages fleuris. Et le long des bisses chantant de toute leur eau.

Mon bâton se sentait seul jusqu’à aujourd’hui.

Hormis les multitudes de sticks métalliques et sans personnalité que l’on aperçoit à la croisée des chemins, mon bâton n’a pas de semblable.

Tout à coup, au tournant du bisse apparaît une petite buvette.

On y trouve de la bière, du vin mais surtout du frappé… et bien frais… et seulement aux framboises fraîches du Pays de Nendaz.

 Pendant que je savoure ce breuvage onctueux et frais, arrive un charmant promeneur, apparemment lui aussi, attiré par le frappé en question.

 Le dialogue se fait rapidement entre le marcheur et moi, et ô joie, il possède un bâton de noisetier lui aussi.

J’imagine la joie de mon bâton face à son sosie.

 Peut être aussi qu’un dialogue s’est déroulé entre les bâtons ? Nul ne le sait et en tout cas pas moi.

 Mon bâton, j’aurais du mal à le perdre ni à le quitter: c’est comme un chien de compagnie, il me suit partout.

EPILOGUE

Un week-end d’été 2014, je me suis rendu à un concert de cor des Alpes accompagné de mon bâton.

Il y avait plus de 150 joueurs de cors, c’était magnifique !

Dans mon enthousiasme, j’ai déposé mon bâton par terre afin de pouvoir prendre une photo de ces musiciens hors pair.

Je suis alors parti m’installer sur un banc au milieu de la foule et c’est donc à ce moment que je me suis rendu compte que je n’avais plus mon bâton !.

Je suis allé le rechercher mais en vain…

Il a été perdu au milieu de la foule et je ne l’ai jamais revu…

J’ai perdu un compagnion inséparable avec regrets comme j’ai perdu mon cher Papa il y a juste un an aujourd’hui et que je ne reverrai plus jamais non plus…

Le 06 novembre 2014

Ainsi que ma chère Maman le 25 septembre 2015…