C’est la préparation pour le Grand départ en ce 30 janvier, Ce vendredi matin, Béné n’arrive plus à ouvrir sa petite valise déjà remplie, après avoir choisi et encodé un code,  cette serrure ne fonctionne pas, nous courrons alors dare dare au magasin et heureusement, après réparation, direction aéroport bru et rencontre avec Delphine Guillaume de la LLB et Betsy Geerens d’Eagle Travel qui nous accompagneront.

Vol Bru-Heathrow, puis après une longue attente, départ quantas QF002 à 10h30 locales en direction de Dubai (7h30) pour arrêt technique au petit matin, puis le long vol pour Sydney (14h) où nous arrivions le petit matin suivant .

Nous commençons directement notre périple en car avec visite de la pointe de la Pérouse, et après avoir traversé de nombreux cimetières, puis à travers de nombreux jolis points de vues de ces innombrables petites baies, nous arrivons au pied du Pont de Sydney, premier repère connu avec Nicolas de Bergheyck lors de notre voyage précédent en 1988.

  Repas avec un drôle de vin rouge et puis, retour et installation au Grace Hotel et visite ville, Victoria markt ou je vais me procurer des sandales découverte de Sydney que nous continuons le lendemain 2 février, toujours aux environs.

 Nous avons vu le Botany bay et traversé le bridge appelé aussi cintre (en anglais), le quartier des rocks et nous y sommes retournés le soir pour le repas.

Le lendemain 3 fév., nous avons quitté Sydney de bonne heure et pris le vol QF461 pour Melbourne (A330) et de là, avons visité la ville et pu constater la différence avec la ville de SYDNEY, et a première vue, les rues sont plus larges et il y a plein de trams et des voies ferroviaire, la gare est du style victorien et serait la conforme de celle de Mumbai(Bombay) , les plans auraient été inversés, si bien que la gare de Melbourne en serait la réplique exacte avec les peintures et que celle de Bombay serait l’autre plan avec les peintures inverses… Il m’a semblé que dans mes vieux souvenirs, la gare de Bombay est plus grande et plus haute.Fin de cette journée, départ après embarquement sur l’austral pour le début de notre périple.

4 février, en mer avec traversée du détroit de Bass situé entre le n/E de la Tasmanie et l’île de Flinders et Hurrah! Je viens de retrouver le cordon de mon rasoir électrique dans le fond de la valise de Béné .

Durant la traversée vers Hobart nous aurons l’occasion de voir des dauphins , avec 4 alignés qui bondissent ensemble ainsi que de nombreux groupes de petrels et de goelands royaux 3m d’envergure)

5 février Arrivée à Hobart par une baie magnifique éclairée au clair de pleine lune qui est rapidement remplacé par un superbe lever de soleil, dès les fouilles et les procédures de douanes, nous filons vers le sommet du mont Wellington où nous avons la grande chance d’apercevoir de magnifiques baies jusqu’aux horizons, j’ai rarement vu une étendue pareille, 1242m d’altitude, et la route est bordée d’eucalyptus et autres essences inconnues, c’est vraiment magnifique ! la température est de 10 degrés au sommet et le vent nous glace la peau. Dès la descente et retour au jardin botanique, les 22 degrés font du bien; ce dernier tres bien entretenu, ne n’enthousiasme pas tellement puisque l’on y trouve de nombreux arbres de chez nous qui sont rares ici, évidemment !

Hobart est une ville de 200000 habitants et borde tout le long de la baie, j’aime le grand pont qui traverse cette dernière et qui se remet d’un grave accident, un paquebot ayant défoncé un de ses piliers et qui a& fait écrouler le pont, si bien qu’il a été coupé en deux tout un temps donc inutilisable.

La ville et son architecture sont composées de 4 parties, tout le long de l’eau, ce sont des anciens bâtiments de bagnards, puis au second niveau, les bâtiments municipaux (mairie, banques etc, ensuite viennent les maisons privées chiques et enfin depuis quelques années au 4e niveau viennent les maisons modernes créées par des architectes contemporains.

On peut apercevoir aussi des anciennes maisons avec des balcons fer forgé

Nous avons été reçu par le maire de la ville qui nous a fait visiter les beaux salons de la mairie, style vieille Angleterre, victorien etc…

Après une promenade dans la place du marché, endroit assez aéré et dégagé, nous embarquons et faisons nos adieux à Hobart et sa baie sous la musique du film 1492 …

A la sortie de la baie, nous avons l’occasion de longer les fameuses falaises du cap Raoul élairées par le soleil rasant .

Ensuite deux jours en mer où nous aurons l’occasion de changer deux fois nos montres et suivre le GMT+13

6 et 7 février: l’Austral traverse la mer de Tasman distance Hobart-Milford Sound , baie située au SO de l ile sud de la NZ, il y a 899 nautical miles soit plus de 1600 km à une vitesse moyenne de 13 nœuds, la mer est spécialement calme malgré les 40e rugissants, vents bien connus , et c’est tant mieux car mon mal de mer a été vite résolu par l’application d’un patch appliqué derrière l’oreille.

8 février, Milford Sound : L’Austral s’y engage en fin de matinée, un fjord de 4 à 500m de large et bordé de deux falaises impressionnantes , gigantesques, couvertes de végétation de toutes sortes de fougères et arbres magnifiques, et au travers des nuages, nous pouvons apercevoir les sommets couverts de neige tombée récemment, ainsi que des glaciers impressionnants ; Le bateau se met face à une des nombreuses magnifiques cascades, c’est un endroit paradisiaque, nous apercevons à tribord des phoques qui se prélassent au soleil.

Arrivés au fond de la baie, la vue est splendide, tellement magnifique qu’elle semble irréelle et fait penser à l’imagination de Peter Jackson qui a réalisé le film intitulé Hobbit.

 Le ciel bleu se couvre de nuages prémices d’une dépression venant du sud, et donc à 13h, l’Austral quitte le fjord pour filer vers le nord-nord/est afin de se diriger vers notre prochaine escale, la ville de Nelson situé dans la partie nord de l’île sud.

9 février, en mer, / une mer d’huile, sans vent, c’est vraiment impressionnant et ce silence sous le soleil éclatant nous fait profiter des plaisirs extérieurs au bord de la petite piscine où l’eau est à 23 degrés, nous trouvons encore cela un peu froid. Il y a donc les magnifiques conférences sur les explorateurs et les aborigènes et maoris, super intéressantes, cela nous passionne beaucoup .

 Notre petite cabine a une petite terrasse sur laquelle Béné est installé et pirsche les dauphins, ces derniers sont photographiés, mais il faut aller vite, car ils ne restent pas longtemps vu la vitesse du navire, environs 15 nœuds.

 La baie de Nelson est immense et nous nous y engageons plus tôt que prévu, car nous avons quitté Milford Sound la veille avec une grande vitesse afin de ne pas se faire rattraper par la dépression venant du sud.

10 février, Nelson est niché au bout de la grande baie de Tasman: Dès le matin, nous avons pris le bus en direction de la baie et la réserve Abel Tasman, nous avons traversé des plantations de pommiers (Queen Lady) et des vignes, essentiellement sauvignon blanc, ainsi que de grandes étendues de mer inondées en marée haute, les marées d’ici sont parmi les plus impressionnantes de l’Océanie.

 Apres une heure de route, nous débarquons au bord d’une magnifique petite plage et embarquons sur un grand catamaran équipé d’un moteur’ très puissant nous longeons la côte le long de la réserve naturelle avec arrêt à la pomme coupée, monument naturel qui n’a pas été repris dans la trilogie des seigneurs des anneaux réalisé par Peter Jackson…

 Plus loin , en quittant une autre petite baie, nous avons été entourés par une quarantaine de magnifiques dauphins, puis enfin nous accostons à une magnifique grande plage au sable ocre clair sous un ciel bleu azur. Béné en profite pour nager dans une eau cristalline et limpide après avoir dégusté le sandwich de piquenique.

 Ensuite petite promenade au lodge situé à 10 min de la plage au beau milieu des chants de cigales…

 Enfin, retour en catamaran directement à Nelson environs 1h45 de trajet en passant près de petites îles au rivage caillouteux sur lesquels nous avons pu apercevoir quelques otaries et petits manchots.

 Tout le monde est rentré comblé, et un bon repas bien mérité a assouvi tout le monde en préparant le lendemain pour une excursion encore bien passionnante…

11 février, Picton jolie petite ville au bout la baie de la Queen Charlotte et abritée des vents; On y trouve de tout et les montagnes alentours sont couvertes de végétation , fougères arborescentes , kaoris, nous appareillons aussi sur un catamaran 40 places actionné par deux puissants moteurs et nous amène faire le tour de cette magnifique baie dans un dédale de petites îles, nous nous retrouvons à côté d’une culture de moules, ces dernières sont accrochées le long d’une corde verticale attachée à une bouée, celles ci sont alignées par centaines et chaque corde supporte plus d’une tonne de mollusques. nous avons eu l’occasion d’en goûter et elles étaient délicieuses, énormes et la coquille de couleur verte… Idem pour l’élevage de saumons que nous avons découvert un peu plus loin, les treillis, clôtures et filets de protection n’empêche pas les otaries de rôder autour prêtes à agir dès qu’un saumon s’échappe de sa cloison…

Retour sous un soleil radieux et agréable malgré les coups de soleil sur les bras et mon crâne chauve. Nous quittons l’île sud par le Tory Channel afin de rejoindre  le détroit de Cook que nous traversons en direction de notre prochaine étape.

12 février, Wellington, capitale de la NZ abrite donc le parlement, bâtiment en forme de ruche, et son magnifique jardin botanique remplis de plantes extraordinaires, Araucarias, niaoulis, kaoris, fougères arborescentes avec plus de 56 espèces différentes. Il y fait délicieux et le ciel est bleu azur, nous avons de la chance, car Wellington est une ville où il y a toujours du vent et des tempêtes plus de 69 jours par an en moyenne.

Nous allons visiter l’après midi une ferme de 15000 acres de territoire où les moutons paissent et soit disant des Angus ,nous y avons vus des jeunes bêtes mais qui ne ressemblaient pas à des Angus, de hautes collines de 500m de haut surplombe la mer, et du sommet nous pouvons apercevoir l’île sud, nous traversons la ferme, petit bâtiment sans prétention, et rejoignons la mer où nous avons aperçus des otaries se reposant au soleil, et malgré l’interdiction de la naturaliste, je ne me suis pas empêché de les approcher de tout près et avoir subi leur ouverture de gueule impressionnent accompagné d’un grognement menaçant ressemblant au bruit du rot puissant pareil à ce que l’on peut faire après avoir bu une gorgée de coca ! Nous rentrons en traversant les sommets de ces collines arides flanquées chacune d’une grande éolienne.

13 février, en mer et direction Toranga et Rotorua ou nous allons voir des geysers. La mer est bleue et ciel azur, nous longeons la côte est de l’île nord et nous nous trouvons à 37degré 60 latitude sud sur 178 degré 30 de longitude Est soit à 1 degré 30 de la ligne de partage des eaux (environs 200 km) que nous n’atteindrons pas car nous allons bifurquer vers  l’ouest.  Ces côtes arides que nous longeons ont inspiré Peter Jackson pour sa trilogie des seigneurs des anneaux et pour Hobbit.

14 février, Saint Valentin, au pied du petit volcan nommé Maunganui sur le port de Tauranga : Notre lever est matinal afin d’aller visiter les eaux chaudes à Rotorua, sur la route, nous traversons des champs de kiwi, apercevons un élevage de cerf, des vaches et enfin nous arrivons à un parc magnifique où nous nous promenons le long de paysages lunaire, (Wai-o-tapu) coloré et entouré de végétation, il u a des fumeroles partout et surtout une odeur de soufre nauséabonde qui, heureusement semble se dissiper avec le temps, puis demi tour pour arriver aux environs de la ville de Rotorua où nous découvrons un geiser qui a du mal à se lancer en l’air ensuite nous assistons à des rites et danses de maoris, heureusement pas trop longs, suivi d’un bon buffet servi avec un délicieux verre de jus de kiwi.

Retour et au repas du soir sur le bateau, Béné reçoit une rose à l’occasion de la Saint-Valentin .

15 février, arrivée à l’aube dans le port d’Auckland, face au bâtiment de la marine , nous faisons nos adieux au sympa équipage après avoir accompli 4500 km dans les mers australes dans de superbes conditions . Nous allons changer de décor et retrouver à l’aéroport une petite yaris sympa elle aussi qui nous mène dans une région située à l’est de la ville qui est le coromandel, la route est sinueuse et nous quittons la freeway assez vite pour se retrouver sur une route de campagne, bordée de plans de kiwis, parfois de vignobles, et des prairies à vaches, sous un soleil agréable, nous traversons le park national forêt de Coromandel où la route est sinueuse et garnie d’animaux écrasés, ce sont des opossum, ces derniers sont trop nombreux dans l’île et il n’est pas mal vu de les écraser, car ce surplus d’animal mangent la végétation et les arbres; les fougères arborescentes et les kaoris de toutes sortes abondent, il y en a partout,

Nous arrivons enfin à notre destination dans une baie sur le pacifique nommée Hahei où nous avons trouvé un petit bed and breakfast bien sympa.

Nous aurons encore la chance de visiter Cathedral Cove, un site magnifique au bord de l’océan et d’une magnifique plage après avoir fait 45 min de marche sur un sentier merveilleux, parfois au beau milieu de la forêt de fougères arborescentes, parfois au bord de vues à couper le souffle sur l’Océan Pacifique : Les photos que nous rapporterons en diront plus sur notre émerveillement, vraiment nous n’avions vu de pareilles merveilles naturelles !

Notre première rencontre avec une région sur l’île nord nous a comblés, nous nous sommes rendus compte que l’île était beaucoup plus grande que prévu, et donc nous nous sommes contentés de rester deux jours dans la même région.

16 février, Il y a encore plein de choses à voir dans ce district qu’est la côte ouest de l’île nord, nous resterons dans la Mercury bay et allons à hot water Beach, où se trouve une magnifique plage de sable fin , et rencontrons plein de baigneurs tenant une pelle en main, ces dernières sont utilisées pour creuser dans le sable mouillé afin de profiter de l’eau chaude qui sort par dessous : La région est volcanique , et il y a des sources d’eau chaude un peu partout, et à cet endroit elle sort à 64 degrés, nous avons fait l’expérience et nous nous sommes fait copieusement brûlé les pieds !

De là nous avons pris un ferry afin de rejoindre Whitianga, village de pêcheurs et port de bateau de plaisance, surtout de magnifiques gros catamarans que les néozélandais apprécient beaucoup.

Nous avons aussi admiré la Cook’s beach situé dans la Mercury bay, endroits idylliques – pourvu que les photos soient bonnes- Sans oublier de passer voir une exploitation viticole, le Mercury wine où nous avons eu l’occasion de goûter du pinot gris, du Gem, Merlot et cabernet Merlot, l’avant dernier avait un super parfum de fût de chêne.

17 février, Nous quittons Hahei et notre B&B pour longer la côte vers le nord, et en fait nous faisons le tour de la presqu’île de Coromandel , sur une route magnifique et large, bordée d’un côté par une végétation luxuriante et de l’autre d’une mer aux eaux turquoises, les paysages changent dès que la route fait un dos d’âne et après chaque virage, nous sommes très admiratifs et impressionnés par les magnifiques paysages côtiers remplis de petites îles sous un soleil brillant

           Le but est de nous diriger vers Matamata afin d’y aller visiter la ferme de Hobbiton, là où se trouvent les trous des hobbit – voir la trilogie et Hobbit-.

  Nous nous perdons un peu dans un endroit désert sous un soleil brûlant, et après avoir fait demi-tour, nous retrouvons vite notre chemin vers Matamata .

  Arrivés dans un motel, nous nous enregistrons et profitons de l’occasion pour nous rendre à l’office de tourisme ou nous prenons nos billets pour la visite guidée à Hobbiton

 La pluie prévue est heureusement absente si bien que nous avons de la chance, le bus traverse une campagne aux collines d’herbes séchées par le soleil d’été, parfois, au détour d’un dos d’âne ou d’un virage, on y aperçoit entre autres des arbres ressemblants à des peupliers d’Italie qui nous font penser à la Toscane, et enfin nous arrivons dans le fond d’une petite vallée oasis avec de l’herbe verte et reconnaissons très vite ces lieux devenus célèbres.

Visite guidée de deux heures avec de beaux sentiers passant devant les trous des hobbit (44) et enfin la dégustation de la fameuse bière au gingembre parmi le choix entre le cidre, bière blonde ou brune…, la visite se termine et le crépuscule arrive, histoire de se préparer pour le lendemain…

18 février  Nous quittons Matamata par la 27 nord en direction de la mer et de la baie Firth of Thames, nous y faisons le tour en faisant des arrêts au bord de plages splendides et désertes et donc silencieuse, on y voit de nombreux coquillages de toutes sortes et récupérons deux géographicus pareils à ceux de N-Calédonie située à 1000 km plus au nord, et enfin rejoignons trop vite l’aéroport d’Auckland où nous y laissons notre petite yaris après lui avoir laissé 690 km en plus au compteur et de route à gauche…

19 février Nous affrontons les vols de retour, à 14h Auckland Sydney avec 3h30 de vol, puis vers 17H Sydney Dubai ou on atterrit après avoir fait 6 tours de holding, il est minuit locales.

20 février : Dubai, décollage vers 2h00 et arrivée à Londres à 5h30 du matin, changer terminal3 au terminal 5 et départ à 8h30 pour Bruxelles, et à 11h30, nous sommes rentrés à la maison où Astrid nous a accueillis.